SMARTENERGIES est  le nouveau rendez-vous incontournable dédié aux technologies et aux solutions intelligentes de l’énergie.

L’événement s’est déroulé à Paris le 5 et 6 juin 2018 et a enregistré plus de 2600 participants, engagés dans deux intenses journées d’information et de rencontres. Le thème? Produire et consommer intelligemment.

SMARTENERGIES veut donc être une réponse à ce grand défi sociétal engendré par la demande croissante en énergie et la maîtrise des enjeux environnementaux.

Les systèmes énergétiques intelligents permettent de répondre aux nombreux enjeux exigés par la transition énergétique :l’efficacité énergétique, via le pilotage de la demande avec des consommateurs actifs dans la maîtrise de leur consommation, l’optimisation des réseaux de distribution via l’utilisation de nouveaux équipements offrant une plus grande flexibilité, l’insertion massive de moyens de production renouvelable et l’intégration des véhicules électriques sur les réseaux électriques.

Les technologies Big Data et de l’Iot s’imposent de plus en plus aux acteurs du secteur. Elles portent en elles de nouvelles promesses en matière d’offres de services, d’échanges d’informations et de pilotage de l’énergie.

SMARTENERGIES :  quelques bilans

SMARTENERGIES a debuté le 5 juin, journée de l’environnement.

Lors de l’ouverture, Françoise d’Estais a présenté le « Renewable Global Status Report », un  rapport international des énergies renouvelables, en particulier sur les marchés européen et français.

L’année 2017 a enregistré des investissements en hausse malgré un manque de volonté politique : « L’année dernière les subventions aux énergies fossiles étaient toujours deux fois plus élevées que pour les énergies renouvelables, toutefois les investissements dans les énergies renouvelables ont atteint 280 milliards de dollars, soit trois fois plus que pour les énergies fossiles ».

Françoise d’Estais encourage à adopter une approche systémique et multipartite pour éviter les barrières et atteindre les objectifs : « L’innovation est très forte dans la production d’énergie, mais le chauffage/réfrigération et les transports représentent 70% de la demande énergétique, il faut donc faire plus dans ces secteurs ».

C’est Sylvie Jehanno, présidente de Dalkia, qui a parlé d’innovation et du numérique en tant accélérateurs de la transition énergétique des collectivités et des industriels : « Le numérique est essentiel pour optimiser les économies d’énergie, grâce à l’intelligence artificielle les systèmes peuvent « booster» l’efficacité énergétique ».

Pour améliorer la performance énergétique des territoires, il est important de concilier réseaux thermiques et électriques : « Nous travaillons sur les « double-smartgrid » qui joue sur les échanges de chaleur : produire du froid crée du chaud qui peut être réutilisé ».

Entre financements participatifs, projets de coopératives ou encore aides financières de l’Etat, la transition énergétique, telle qu’elle a été présente à SMARTENERGIES, est un projet multiforme, mais surtout un changement de modèle.

SMARTENERGIES : le meilleur du salon en WEB TV

Les données sont bien le nouveau carburant de la transition énergétique. L’interview Antoine JOURDAIN, Directeur Technique, Enedis.

L’accélération de la performance énergétique des acteurs des territoires, ne pourra se faire sans un investissement sans précédent dans les domaines du numérique et de l’innovation. Interview de François VASSE, Directeur Commerce & Marketing, DALKIA

« L’implication des territoires est essentielle à la réussite de la transition énergétique. D’autant plus sur une région comme la Bretagne qui souffre d’une réelle fragilité structurelle… » Interview de Françoise RESTIF, chargée de filière transition énergétique – Bretagne, Agence régionale de développement économique et de l’innovation.

Sujets associés

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.