Face à la décision du gouvernement de ne pas poursuivre la hausse de la taxe carbone, des membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE) mettent en doute l’engagement de l’Etat sur la question climatique.

A la suite du grand débat national, le gouvernement vient d’annoncer qu’il renonçait à poursuivre la hausse de la Contribution climat énergie (CCE), plus connue sous le nom de taxe carbone, prévue par le plan climat présenté en juillet 2017 par Nicolas Hulot, alors ministre de la Transition écologique et solidaire, au nom de l’exécutif. Les taxes sur l’essence, le gasoil ou encore le gaz ne devraient donc plus augmenter.

On peut évidemment comprendre les raisons qui incitent le gouvernement à faire un tel choix dans le contexte du mouvement des gilets jaunes. Mais le prix du carbone a un caractère très structurant pour l’ensemble de la transition énergétique. Pourquoi les ménages isoleraient-ils leurs logements si le prix du gaz n’augmente pas ? Pourquoi achèteraient-ils des voitures électriques ou se mettraient-il au vélo ou au covoiturage si le diesel n’est pas plus cher ? Pourquoi les collectivités investiraient-elles des sommes importantes dans des réseaux de chaleur géothermique ou renouvelable si le chauffage individuel reste aussi bon marché et face au développement du photovoltaïque?

Source : N’enterrons pas la transition énergétique ! – Libération

Sujets associés

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.