Le débat sur le nucléaire n’est jamais clôt, même si c’est ce soir que se termine le débat public sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR).  Hier, le 24 septembre 2019, le World Nuclear Industry Status Report signalait que l’atome était en perte de vitesse. Symbole de l’industrie française, la centrale de Fessenheim arrêtera d’ailleurs définitivement de produire de l’électricité dans quelques mois. Pour le député Raphaël Schellenberger, cette fermeture mériterait la création d’une commission de suivi parlementaire. Explications…

Le nucléaire progresse lentement mais sûrement

D’après le World Nuclear Industry Status Report (WNISR), “depuis vingt ans, les énergies renouvelables se développent 25 fois plus vite que le nucléaire“. Pour le délai de construction d’un réacteur nucléaire, la moyenne est estimée à une dizaine d’années. Qui plus est, d’après les estimations de Mycle Schneider, le coût de production des installations nucléaires varie de 112 à 189 dollars par mégawattheure, alors que les énergies éolienne et solaire se situeraient dans une fourchette de 29 à 56 dollars et 36 à 44 dollars.

Des chiffres qui continuent d’alimenter le débat, au moment où se termine pourtant le débat public sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs. Une réunion de restitution est prévue à la Commission nationale de débat public, le 25 septembre 2019, à 19h00. Car si le nucléaire progresse moins vite que les énergies renouvelables, la filière planifie son développement pour fonctionner au maximum en “circuit fermé“.

Continuez à lire l’article

Sujets associés

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.