La hausse de près de 6% des tarifs réglementés de l’électricité, entrée en vigueur aujourd’hui, doit permettre de garantir la sécurité, la qualité et des prix raisonnables à moyen et long terme, assure le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

«Je comprends bien la difficulté, 5,9% ça reste 85 euros par an, 7 euros par mois, c’est beaucoup (…) mais ça me semble un tarif qui permet de préserver les 3 choses que je poursuis: sécurité, qualité et prix à moyen et long terme» de l’électricité, a déclaré Jean-François Carenco, le président de la CRE, au micro d’Europe 1.

Jean-François Carenco explique que la hausse du prix de l’énergie sur les marchés internationaux «représente 3,3% sur les 5,9%» d’augmentation des tarifs. «Sur l’année 2018, l’énergie dans le monde a augmenté considérablement. Elle est passée à 61 euros (par mégawattheure – MWh) en décembre alors qu’elle avait été jusqu’à 25 euros».

«Le deuxième poids, c’est la sécurité des approvisionnements», selon le président de la CRE, qui évoque la mise en place de «certificats de capacité qui visent à ce que la France voie ses approvisionnements en électricité sécurisés».

Continuez à lire

Sujets associés

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.