Bien isoler sa maison, utiliser des ampoules basse consommation, investir dans des appareils électroménagers performants : autant de façons pour les particuliers de réduire leur consommation d’énergie. On parle ici de mesures d’« efficacité énergétique ». Portée au niveau d’un pays, cette efficacité se mesure via l’intensité énergétique, soit le rapport entre la consommation énergétique nationale et le produit intérieur brut.

L’efficacité énergétique joue un rôle clé dans la transition écologique, qui vise un recours moindre aux énergies fossiles : elle rendrait possible, selon le scénario « développement durable » de l’Agence internationale de l’énergie de novembre 2017, 44 % de réduction des émissions de CO2 en 2040 – contre 36 % pour les énergies renouvelables et 6 % pour le nucléaire.

Un tel scénario permettrait ainsi de limiter la hausse des températures à +2 °C d’ici la fin du siècle et d’atteindre les objectifs de développement durable adoptés par les Nations unies, parmi lesquels figure l’accès universel à l’électricité.

Conscients de ce potentiel de l’efficacité énergétique, les États européens se sont fixés des objectifs pour diminuer leur consommation énergétique et leur empreinte carbone. La directive européenne sur l’efficacité énergétique établit un cadre commun de mesures pour sa promotion dans l’Union. L’objectif étant de l’accroître de 20 % d’ici 2020.

Mais qu’en est-il réellement ? Lire l’article

Sujets associés

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.